FIN DE L'ANNEE 2017-2018
A l'année prochaine !

Le lieu, le jour et les horaires des cours demeurent inchangés :
les mercredis de 18h30 à 19h30 (percussion) et de 19h45 à 21h (danse) au CROUS (rue Etienne Dollet à Clermont-Fd).
Les dates de reprise seront communiqués très prochainement sur le site.

Merci d'être venus aussi nombreux à notre gala annuel !

Retrouvez le montage vidéo du gala en cliquant sur la photo ci-dessous :

 

Contes africains

CONTES AFRICAINS : une école vivante de la transmission de la tradition

Chaque soir, dans les villages, les anciens se réunissent autour du feu. Cet espace est nommé « Mbongui » au Congo, lieu de transmission du savoir traditionnel. C’est ici qu’un sage, un grand- père, une grand-mère, un frère ou une soeur narrent des contes et des histoires. Les artistes vous feront vivre un voyage de questions et de réponses. Vous serez transporté en terre africaine...

Joués de manière interactive, ils permettent aux enfants et aux plus grands d'être transportés au milieu de la forêt, parmi les animaux sauvages d’Afrique!

Histoire

Les contes africains constituent une littérature orale servant à transmettre les valeurs de la société dans laquelle ils sont contés. Le culte de LA PAROLE a fait d'elle un vecteur essentiel de transmission et de contact à travers tout le continent.

Nul ne connaît l’origine des contes africains, qui sont en général le reflet de la société et n’ont pas d’auteur. Ils appartiennent à la société dont ils sont issus.

Les personnages des récits africains sont des êtres humains, des animaux, des éléments de la nature, des génies de la forêt, mamiwata (personnage mi-humain mi-poisson que l’on peut assimiler à une sirène), des esprits, des dieux, etc. Tous sont différents mais se comprennent. On retrouve surtout plusieurs aspects de l’enfant dans les contes africains : l’enfant ange, l’enfant curieux, l’enfant malin, les jumeaux (ils sont vénérés dans certains pays africains), mais le plus fréquent demeure l’enfant orphelin.

Contrairement à ce que l’on croit, le public des contes africains n’est pas uniquement jeune. Lors des veillées africaines, enfants, adolescents et adultes se rassemblent pour écouter le conteur, bien que le niveau de compréhension diffère selon l’âge de l’auditoire.

Dans la plupart des villages africains, l’espace du conte est le même. Le public est assis (par terre sur des nattes ou sur des tabourets) en demi-cercle face au conteur de façon à ce qu’il puisse voir et être vu de toute l’assistance. Lorsque cette dernière est composée uniquement d’enfants, il arrive parfois que ceux-ci s’alignent assis devant le narrateur. La séance a toujours lieu la nuit en toute saison.

Le conteur est un artiste polyvalent : il doit être à la fois comédien, poète, chanteur et danseur. Le conte africain se situe au carrefour de tous les arts, et c’est cette caractéristique qui fait sa richesse.

Le conteur ou la conteuse peut être le grand-père ou la grand-mère de la famille. Le conteur public est généralement un griot ou un traditionaliste confirmé. Les griots et faiseurs de connaissance, doués d'une mémoire extraordinaire sont les gardiens de la tradition et ses propagateurs. Ils sont aussi devenus des négociateurs, des médiateurs, des ambassadeurs lors des conflits. Egalement musiciens, poètes, généalogistes, historiens, grands voyageurs, ils jouent un rôle considérable dans la circulation des idées, ces orateurs sont le témoignage unificateur des hommes.



Association Mbongui © Copyright 2004-2018
design by Wlazinski Matthieu - powered by CMS Made Simple