Cours, Danse, Africaines, Clermont-ferrand, auvergne, cours de danse africaine à clermont-ferrand

FIN DE L'ANNEE 2017-2018
A l'année prochaine !

Le lieu, le jour et les horaires des cours demeurent inchangés :
les mercredis de 18h30 à 19h30 (percussion) et de 19h45 à 21h (danse) au CROUS (rue Etienne Dollet à Clermont-Fd).
Les dates de reprise seront communiqués très prochainement sur le site.

Merci d'être venus aussi nombreux à notre gala annuel !

Retrouvez le montage vidéo du gala en cliquant sur la photo ci-dessous :

 

La danse

Nos cours : Les mercredis de 19h45 à 21h au Crous,
25 rue Etienne Dolet à Clermont-Fd, salle Bleue, tous niveaux
.

HISTOIRE

 

La danse africaine est une activité physique qui fait le lien entre les fonctions vitales (battements du coeur - respiration) et le rythme de la danse africaine. Sur le continent du soleil, l'enfant s'initie à la joie de la libération de la vie par le mouvement, avant et après la naissance.
La femme qui attend un enfant ne reste jamais inactive et passive, elle participe activement à tout ce qui a trait à la musique, aux chants, aux percussions et à la danse. Elle s'efforce d'imprégner tout son être de pensées et de distractions douces, saines, et paisibles. La future mère se laisse pénétrer profondément des divers rythmes de son ethnie. La prédominance de la musique dans les activités de la femme qui attend un enfant, justifie en partie les aptitudes de beaucoup d'Africains vis à vis de la danse et leur attirance naturelle vers les beaux-arts. L'enfant continue de vivre la danse dès sa naissance. A ce stade, tout se passe au niveau du rythme qu'il entend autour de lui. En effet, il est présent à toutes les manifestations du village. Les fêtes ayant lieu très souvent, les rythmes se répètent et prennent vite une place importante dans l'univers culturel de l'enfant.

 

 

La danse africaine se pratique pieds nus, les pas de base sont des pas glissés, des pas traînés, on frappe des pieds dans la terre, les genoux sont fléchis, le dos en avant (la courbe du corps est une position typiquement africaine, il suffit de se référer à leur physionomie pour la comprendre). La frappe des mains, les cris, le sol, les sauts et les ondulations sont aussi utilisés. C'est une danse qui requiert une grande agilité du corps. La dynamique des appuis au sol varie : légère, lourde, rapide, lente et traînante. Le pied à plat ; pas typique de la danse africaine allant, vers la mère, la terre pour puiser sa force et récolter sa nourriture le rappelle l'action de se plier vers la terre, se coucher, se reposer. Le pied en demi - pointe ; le désir de s'élever est plus une conception occidentale, aller vers le ciel.. être au-dessus... paraître plus grand... La danse africaine est centrifuge, comme la danse jazz, elle part des hanches pour exploser vers l'extérieur (Danses sociales Charleston, Black bottom etc.) Rythme propulsif, par rapport à la danse jazz c'est une qualité "swinguante".

Le danseur doit être libre de choisir de danser, toute danse qui est exécutée sous la contrainte n'est plus une danse pour les Africains (pendant l'esclavage lorsqu'ils étaient obligés de danser ils ne la vivaient pas). La conscience est l'âme de la danse car elle est supposée exprimer une idée et suivre un chemin qui touchera le cœur des spectateurs.


Association Mbongui © Copyright 2004-2018
design by Wlazinski Matthieu - powered by CMS Made Simple